Olivier Ferrand, Le Huffington Post et la censure.

Olivier Ferrand, fondateur et président du think tank "progressiste de gauche" Terra Nova est mort subitement le 30 juin 2012.
Le laboratoire d'idées du Parti Socialiste (PS) est orphelin de ce haut fonctionnaire qui est à l'origine des primaires du PS notamment.
Cet homme de l'ombre respecté par ses pairs, de gauche comme de droite, est à l'origine de la droitisation du PS.

Après la conversion du PS au capitalisme survenu lors du congrès de Valence  le 25 octobre 1981, avec ses fameux compromis: compromis entre « le pouvoir économique et le pouvoir socialiste », compromis entre les « forces du changement et les forces de conservation » Olivier Ferrand aura réussi à vider le PS de ses derniers combats idéologiques.

Contre Olivier Ferrand

Anne Sinclair, publia une tribune en hommage à cet homme qui a "su faire de Terra Nova en quelques années, un des lieux où se pensaient la France et l'Europe d'aujourd'hui".
Voulant apporter une voix discordante à ce flot d'éloge, je me permis de poster un commentaire sur la version française du Huffington Post.

La censure fait rage sur le Huffpost!

Après deux tentatives infructueuses de publication de ce commentaire, je me vois contraint de publier ces quelques lignes sur mon blogue:
Apparemment c'est la gauche caviar qui lit le Huffpost et qui pleure cet homme qui ne manquera pas aux progressistes mais plutôt au PS en manque d'idées.

"La gauche doit dès lors axer sa campagne sur les priorités
économiques et sociales, où elles sont en phase, et faire oublier ses convictions culturelles, notamment sur l’immigration et l’islam"
 
Un grand humaniste ce Ferrand!
En aucun cas je ne me réjouis de la mort d'un homme, mais plutôt de ses idées, qui malheureusement inspirent nos hommes politiques de gauche comme de droite.
 Olivier Ferrand n'est pas responsable du "tsunami" politique survenu en France le 21 avril 2002.
La présence du Front National lors du second tour des élections présidentielle de 2002 a engendré une poussée vers la droite de tout l'échiquier politique.
Ferrand a permis de mettre en forme cette métamorphose immonde en éloignant le PS de ses priorités: conviction culturelles et préoccupation des ouvriers, en redéfinissant la stratégie d’accession au pouvoir au détriment de l'idéologie progressiste du PS.

Pour les sceptiques, un extrait de sa prose: