La banlieue est-ce aussi la France?


Ces paroles sont tirées du troisième album du Suprême NTM sorti en 1995, intitulé Paris sous les Bombes.
Notre classe politique a été sourde à ce message prophétique, près de dix ans avant les émeutes survenues en novembre 2005 à Clichy-sous-Bois et dans le reste de la France.
Les femmes et les hommes politiques de l'époque, en l'occurrence Messieurs Chirac, Balladur et Jospin n'ont pas saisi le "flow" de Joey Star ou de Kool Shen, en tout cas rien a beaucoup changé depuis 1995 dans ces quartiers difficiles.
Alors me direz-vous quoi de neuf dans la dénonciation de la dégradation des infrastructures dans les banlieues de France et de Navarre?



Le cadre législatif pour mettre fin à la ghettoïsation existe déjà !

La loi S.R.U (Loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains) prévoit un ensemble de dispositif sur l'urbanisme et les transports pour la banlieue. Cette loi S.R.U propose plus qu'elle n'impose une mixité sociale avec 20 % de logements sociaux. Concrètement beaucoup de Français ne veulent pas que Mamadou ou Mohamed habitent près de chez eux.

Cette loi nous la devons au gouvernement socialiste de Lionel Jospin en 2000, mais pour être honnête les maires de gauche comme de droite ainsi que leurs administrés ne sont pas prêts pour ce changement radical, cette révolution dans les mentalités.

Méditez ces paroles Mesdames et Messieurs les politiques avant qu'il ne soit trop tard, et que ce poème, ne vous en déplaise, devienne la prochaine Marseillaise.


Qu'est-ce qu'on attend ?

(Kool Shen / Joey Starr / LG Experience)

Les années passent, pourtant tout est toujours à sa place
Plus de bitume donc encore moins d'espace
Vital et nécessaire à l'équilibre de l'homme
Non personne n'est séquestré, mais c'est tout comme
C'est comme de nous dire que la France avance alors qu'elle pense
Par la répression, stopper net la délinquance
S'il vous plaît, un peu de bon sens
Les coups ne régleront pas l'état d'urgence
A coup sûr…
Ce qui m'amène à me demander
Combien de temps tout ceci va encore durer
Ça fait déjà des années que tout aurait dû péter
Dommage que l'unité n'ait été de notre côté
Mais vous savez que ça va finir mal, tout ça
La guerre des mondes vous l'avez voulue, la voilà
Mais qu'est-ce, mais qu'est-ce qu'on attend pour foutre le feu ?
Mais qu'est-ce qu'on attend pour ne plus suivre les règles du jeu ?

Mais qu'est-ce, mais qu'est-ce qu'on attend pour foutre le feu ?

Je n'ai fait que vivre bâillonné, en effet
Comme le veut la société, c'est un fait
Mais il est temps que cela cesse, fasse place à l'allégresse
Pour que notre jeunesse d'une main vengeresse
Brûle l'état policier en premier et
Envoie la république brûler au même bûcher,
Ouais !
Notre tour est venu, à nous de jeter les dés
Décider donc mentalement de s'équiper
Quoi t'es miro, tu ne vois pas, tu fais semblant, tu ne m'entends pas.
Je crois plutôt que tu ne t'accordes pas vraiment le choix
Beaucoup sont déjà dans ce cas
Voilà pourquoi cela finira dans le désarroi
Désarroi déjà roi, le monde rural en est l'exemple
Désarroi déjà roi, vous subirez la même pente, l'agonie lente
C'est pourquoi j'en attente aux putains de politiques incompétentes
Ce qui a diminué la France
Donc l'heure n'est plus à l'indulgence
Mais aux faits, par le feu, ce qui à mes yeux semble être le mieux
Pour qu'on nous prenne un peu plus, un peu plus au sérieux

Mais qu'est-ce, mais qu'est-ce qu'on attend pour foutre le feu ?

Dorénavant la rue ne pardonne plus
Nous n'avons rien à perdre, car nous n'avons jamais rien eu…
À votre place je ne dormirais pas tranquille
La bourgeoisie peut trembler, les cailleras sont dans la ville
Pas pour faire la fête, qu'est-ce qu'on attend pour foutre le feu
Allons à l'Élysée, brûler les vieux
Et les vieilles, faut bien qu'un jour ils paient
Le psychopathe qui sommeille en moi se réveille
Où sont nos repères ?
Qui sont nos modèles ?
De toute une jeunesse, vous avez brûlé les ailes
Brisé les rêves, tari la sève de l'espérance.
Oh ! Quand j'y pense
Il est temps qu'on y pense, il est temps que la France
Daigne prendre conscience de toutes ces offenses
Fasse de ces hontes des leçons à bon compte
Mais quand bien même, la coupe est pleine
L'histoire l'enseigne, nos chances sont vaines
Alors arrêtons tout, plutôt que cela traîne
Ou ne draine même, encore plus de haine
Unissons-nous pour incinérer ce système…



La mixité sociale et ethnique concernant l'habitat, l'école, les loisirs ainsi que le travail constitue la seule solution pour résoudre la crise dans les banlieues.
Que les maires des villes de France respectent plus rigoureusement la loi SRU quitte à quintupler les amendes en cas de non respect de la loi ou de l'associer à l'inéligibilité du maire.

1 Photo: 7 novembre 2005, Toulouse Émeutes urbaines dans le quartier "Le Mirail" par Lionel Bonaventure.